Intervention sur le volet Administration générale du budget 2017

Publié le par François DAMERVAL

Madame la Présidente, Madame la Vice-Présidente, Monsieur le Directeur Général des Services, je tenais tout d’abord à souhaiter une pas trop mauvaise année aux agents de la Région, puisque ce sont tout de même eux qui vont « morfler » dans votre budget. C’est clair, net et précis. C’est comme cela que vous le présentez. Vous êtes le laboratoire de FILLON. Votre Directeur Général des Services est parti dans l’équipe de François FILLON. En conséquence, nous savons à quoi nous en tenir, à peu près. Il est dommage qu’à l’époque, il ne vous ait pas connu pour les recrutements de personnel, cela lui aurait peut-être permis d’éviter de recruter sa femme. Cela aurait été très pratique. On a la charte éthique que l’on peut. Vous refusez d’afficher clairement les choses concernant celles et ceux qui font la Région. Je parle des agents. Les augmentations d’effectifs inscrites à votre budget sont quasiment intégralement des transferts compensés par l’État. 
Pour la seconde année consécutive, ce sont encore 50 agents qui vont être rayés d’un coup de crayon par votre majorité. La trajectoire de votre objectif de suppression de 421 postes sur la mandature semble malheureusement en bonne voie d’aboutir, et ce n’est pas au profit d’une région pilote et stratège, mais là encore, au profit d’une région clientéliste. Si gouverner ne consiste pas à aider les grenouilles à administrer leur mare, comme disait AUDIARD, pourtant, c’est ce que vous faites. Tout ce qui aujourd’hui composait les directions générales des services disparaît. Je pense notamment à toutes les compétences auxquelles vous avez renoncé et qui, pourtant, avaient une position pilote au sein de notre institution. 
Du PPP à l’externalisation, nous ne parlons pas d’une gestion efficiente et de planification de la dépense dans le temps, mais bel et bien de court-termisme. C’est également l’arbitraire avec le recours aux vacataires qui fait son grand retour. Nous attendons toujours le débat autour d’un plan de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences pour les agents. Cela viendra peut-être un jour. En contrepartie, vous leur offrez des open spaces à Saint-Ouen, un projet prévu pour faire économiser de l’argent à la Région. Nous attendons toujours la présentation des plans de financement par cette même région. Nous attendons également les clarifications, tant les informations données par l’exécutif et le nouveau DGS divergent. Le périmètre du déménagement reste flou. Quid des organismes associés dont les loyers étaient inclus dans les délibérations des déménagements, ou encore des unités territoriales ? Quid de l’aménagement pour les bureaux, pour le câblage, les serveurs informatiques, l’hémicycle, l’espace politique ? Quid des conditions de travail avant l’arrivée de la ligne 14 pour les agents qui devront partir vers Saint-Ouen ? Quid de l’aide au logement pour les agents qui, perdant un gros temps de trajet, devront se rapprocher du siège à Saint-Ouen ? 
L’annexe Administration générale laisse apparaître une augmentation de 12 millions d’euros de dépenses et 4 millions d’euros pour les loyers. Pour quelqu’un qui prétend faire des économies, les chiffres semblent démentir la communication. Mais c’est une norme du genre.

Publié dans CRIDF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article