Intervention sur le deuxième rapport d’activité de la "commission régionale d'éthique"

Publié le par François DAMERVAL

Mesdames les Présidentes, Monsieur le Secrétaire Général, l’année dernière, à la question posée dans cet hémicycle lors de ce même débat, je vous demandait si vous étiez favorables au registre de transparence. À l'époque, Madame la Présidente avait déclaré : « À titre personnel, je ne suis pas défavorable au registre de transparence qui existe à
l'Assemblée nationale depuis peu, car il permet de situer les lobbying et la façon dont ils interviennent ». Pourtant cette année, le rapport propose d'éviter de créer un doublon. Cette obligation s'imposera en 2021. Nous aurions pu être région test et nous
en avions les moyens. Nous aurions pu inspirer et fédérer, avec sept départements, la Ville de Paris, le Grand Paris ou le STIF. La démocratie coûte cher. L'absence de démocratie coûte bien plus cher encore. Le conflit d'intérêts est un mal qui
gangrène le processus démocratique. Le 29 août 2018, Valérie PÉCRESSE déclarait : « Il faut savoir résister aux lobby, mais il faut savoir aussi les écouter. » En démocratie, nous devrions savoir quel lobby pro-nucléaire a appelé Valérie PÉCRESSE, après les débats sur la transition énergétique dans notre région. Nous devrions savoir quel lobby des
incinérateurs le VP Environnement rencontre pour le plan déchets. Nous devrions savoir quel lobby automobile le VP Transport rencontre tous les jours. Alors, ma question sera simple, Madame la Présidente et avec beaucoup de respect pour les trois membres de cette commission. Parce qu'il n'y a pas d'amour, mais que des preuves d'amour, où sont les preuves de votre indépendance ? Comment savoir aujourd'hui que vous êtes bien une autorité indépendante, tellement ce rapport ne reflète pas la réalité de ce qui se passe dans cette assemblée ? Je voudrais prendre par exemple les refus que nous avons eus pour des invitations à des associations. Par deux fois, la Présidente de cette assemblée a refusé que nous puissions recevoir des associations, alors que d'autres groupes de cet hémicycle ont ces autorisations. Quelles sont les preuves aujourd'hui de votre indépendance, Madame la Présidente ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article