Tribune OIN

Publié le par François DAMERVAL

Si l’OIN peut être positif sur le plan économique, le corollaire d’une telle opération peut présenter des incidences directes sur notre cadre de vie. A CAP21 nous appelons à la plus extrême vigilance sur les points suivants :

- Les risques d’inondations en aval prévus par le plan de prévention des risques d’inondations (PPRI) de l’Yvette.

- L’absence actuelle de transports en commun, la sous-évaluation des besoins notamment pour la connexion avec les réseaux déjà existants des RER B et C déjà saturés.

- L’impossibilité, dans l’état actuel de la loi, d’imposer des critères contraignants allant au-delà de cette dernière pour délivrer des permis de construction d’une « écopolis » voulue par les pouvoirs publics.

- La destruction de terres arables de proximité très productives, utiles dans le cadre de circuits d’approvisionnements courts (durables).

- Le coût exorbitant d’une telle opération face aux priorités que nous impose la crise économique mondiale.

- L’incompatibilité par rapport au schéma directeur de région (SDRIF) et à l’extension du parc naturel de Chevreuse (PNR).

- L’obligation de concertation et d’implication des élus locaux.

Restons vigilants face à un projet d’OIN qui serait nuisible à l’environnement et à la qualité de vie. La priorité doit être donnée à la recherche pour relever les défis du 21ème siècle dans leur diversité, grâce aux nouvelles technologies de l’environnement. Cette opération ne doit pas constituer un prétexte à l’extension urbaine sous forme de nouvelle ville nouvelle, une telle concentration de population ne ferait qu’aggraver l’impact des activités et aménagements de l’OIN sur le cadre de vie des Franciliens

Publié dans Ile de France

Commenter cet article