Explication de vote Niche LR; pour un plan de "sécurisation" des îles de loisirs franciliennes

Publié le par François DAMERVAL

Monsieur JEANBRUN, je voudrais tout d’abord rendre hommage aux femmes et aux hommes qui font tous les jours les îles de loisirs. Tous les jours, des Franciliennes et des Franciliens courent dans les îles de loisirs. Aux beaux jours, ils y bronzent, ils s’y baignent, voire même ils pique-niquent. Dans vos références, nous retrouvons cette notion de sentiment. Blaise PASCAL disait que tout notre raisonnement se réduit à céder  au sentiment. En plus de vouloir céder au sentiment, vous le créez. Cela simplifie les choses. C’est un joli coup de communication qui surfe sur des événements dramatiques. C’est dommage, car le sujet est trop sérieux pour le présenter de cette manière. En même temps, quand nous nous plongeons un peu sur les fondements juridiques de ce dossier, nous nous rendons compte que votre niche ne tient pas. Sur 12 îles de loisirs, 11 sont des syndicats mixtes. À ce titre, elles bénéficient de la libre administration des collectivités locales. Vos incitations, injonctions et autres ne peuvent tenir bon à l’encontre de nos règles de droit. Il serait bon que vous arrêtiez de jeter de l’huile sur le feu. L’amendement en réponse de l’Exécutif est inique et honteux. C’est encore une preuve supplémentaire de vos errances avec les valeurs de la République. En parlant de valeurs de la République, je voudrais juste vous relancer, avec l’Exécutif, sur votre charte, honteuse, qui s’est vue sanctionnée par le Préfet de la Région d’un recours amiable. 
Vous nous avez présenté un amendement en commission permanente pour modifier une délibération qui avait été votée dans cette assemblée. Encore une fois, vous faites fi de toutes les règles de droit. Ainsi, vous voulez modifier en CP un texte voté en CR, tout simplement parce que vous avez honte de vous rendre compte que vous avez outrepassé vos droits de Région en voulant répondre à la liberté d’association avec une charte des valeurs de la République et de la laïcité qui n’est pas conforme à nos règles. Vous voulez mettre les collectivités territoriales et les syndicats mixtes sous le joug de vos critères, qui ne sont pas en accord avec nos règles de droit. Ainsi, il est quand même honteux que vous nous proposiez une charte des valeurs de la République où vous oubliez tout simplement de mettre la devise de notre République : liberté, égalité, fraternité. Les mots égalité et fraternité ne figurent pas dans les valeurs que vous prônez de la République. La définition que vous avez de la laïcité est une volonté d’imposer la neutralité à l’usager, alors que nous devrions plutôt aller aujourd’hui vers une laïcité qui est celle de 1905, ouverte vers les autres et qui ne se résume pas à une simple islamophobie.

Publié dans CRIDF

Commenter cet article