Intervention sur la clause "Charles Martel"

Publié le par François DAMERVAL

Se la jouer impromptu de Versailles depuis le début de mandat c'est un leitmotiv. Vous criez aimer l'Europe, mais si c'est votre façon d'aimer, je vous prie de la haïr. Cette clause Charles Martel (690-741, duc d'Austrasie, maire du palais soit bien avant l'ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539), car y associer Molière est une fourberie digne de Scapin, c'est une attaque en règle sur quelques principes de droit. Cela doit être votre côté Amphitryon du sens commun qui aime mieux un vice commode qu'une fatigante vertu. La jalousie du barbouillé envers Xavier Bertrand et Laurent Wauquiez aurait dû vous conduire à lire la réponse du préfet de la région Auvergne Rhône Alpes sur ces clauses, mais je pense que vous ne tarderez pas à les lire. Pour la référence, le préfet en question était un certain Michel Delpuech !!!

Alors je vous prie de consulter votre raison : prenez sa clarté pour guide. Adoptez l'amendement RSE et renoncez à cette clause contraire aux articles 1, 38 et 51 de l'ordonnance 2015-899.

Vous noterez notre dépit amoureux qui conduit à vous proposer un amendement boboïsant cherchant un titre de noblesse à la George Dandin sur un amendement tout aussi provocateur que votre clause. Il a au moins le mérite de rappeler dans l'exposé des motifs quelques réalités d'européiste que les fâcheux combattrons comme d'habitude. Mais on sait très bien qu'Eraste épouse Orphise à la fin.

Les peuples européens ne sont pas des Sganarelles de cette construction sauf si on essaye de leur faire accroire et nous faire croire que vous êtes le médecin malgré vous de cette Europe, ce qui n'est que pure tartufferie.

 

Publié dans CRIDF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article