Lettre ouverte à un camarade gréviste

Publié le par François DAMERVAL

Cher camarade gréviste, je suis perplexe face à ton comportement ! Je ne juge pas, je suis juste interrogatif.

Toi qui plaides pour la responsabilité et le service public, je suis surpris, alors que notre région est confrontée à un épisode climatique exceptionnel, que tu maintiennes ton préavis de grève!!!

Tes collègues du service public sont tous mobilisés pour répondre à l'urgence de la crue, il faut leur rendre hommage car ils répondent 24h/24 à l'urgence. Ils ont besoin de toi, car aujourd'hui avec la crue, ils ont besoin que les déchets soient ramassés pour éviter une crise sanitaire sur une autre crise. Tes collègues des secours d'urgence ont besoin que le moins de monde possible prenne sa voiture et utilise au maximum les transports en commun, alors que de nombreuses routes sont fermées.

Être syndicaliste, c'est être responsable. Là où beaucoup d'autres ne le sont pas, notamment en proposant des lois qui affaiblissent le code du travail et ne créeront aucun emploi. Savoir suspendre une grève devant l'urgence n'est pas une honte, mais plutôt un motif de fierté ! Fier d'être responsable quand tant d'autres ne le sont pas ! L'image que tu renverras de ton mouvement n'aura que plus d'impact sur la voix que tu portes.

Je ne t'oppose aux victimes directes et indirectes des inondations, je m'étonne juste que tu ne te rends pas compte de l'image que cela renvoie ou peut être n'as tu pas vu l'urgence que cette situation présentait pour un grand nombre de franciliens.

Tu m'y opposeras que tu travailles sur du long terme alors que cette situation d'urgence est de court terme. Je te répondrais juste qu'à long terme, c'est toute l'image du syndicalisme que tu décrédibilises.

Un syndicaliste, trop jaune peut être !!!

Publié dans CRIDF

Commenter cet article