intervention du 16 juin rapport CR 101-16 pour la création d'un dispositif régional de soutien aux initiatives d'urbanisme transitoire

Publié le par François DAMERVAL

Madame la Présidente, Madame la vice-présidente, Mesdames des Services, je souhaite en premier lieu vous féliciter pour la qualité du rapport qui nous a été présenté. Ce rapport aborde la question de l’aménagement de notre région de manière à la fois pragmatique et pertinente. Aménager l’Ile-de-France, recréer de la ville sur la ville n’est pas toujours aussi rapide et fluide que nous le voudrions. Il faut passer, et c’est heureux, par le temps de la concertation, le débat public, la validation d’autorisations d’urbanisme, les recours. Dans une société démocratique qui se dote d’outils complexes de protection des droits des citoyens comme de la nature, ce temps nécessaire est parfois perçu comme trop long par les aménageurs mais est garant du respect du droit.

Pendant ce temps, et c’est là le paradoxe, les habitants riverains de ces zones à renouveler voient leur environnement se dégrader, perdre de son attractivité, voire générer un sentiment d’insécurité, alors que l’objectif à moyen terme se veut justement contraire.

Souvent, des initiatives émergent de la part des citoyens, qui ici cultivent quelques légumes, là investissent une ancienne usine pour y créer et parfois, même, y travailler. Cependant, en l’absence de cadre clair, les collectivités propriétaires de ces espaces sont souvent frileuses pour accepter leur présence sur le court terme, ne souhaitant pas engager de moyens pour des mises en sécurité ou des mises aux normes provisoires.

Pourtant, il est possible de transformer ces friches en espaces actifs en transition. Des entreprises, des associations, des théâtres, des industries peuvent profiter de ces espaces comme des starters pour leurs activités. Les villes de Nantes, Paris, Saint-Denis et plus largement Plaine Commune sont déjà très largement moteurs, voire devenus des modèles dans les politiques d’urbanisme transitoire. Il s’agit donc d’une très bonne démarche de la Région que de proposer un dispositif pour accompagner les collectivités d’Ile-de-France.

Vous l’avez compris, nous sommes favorables à ce nouveau dispositif. Cependant, la délibération nous paraît plus fermée que l’exposé des motifs. C’est la raison pour laquelle nous proposons deux amendements, afin d’encourager et de sécuriser la possibilité, pour des structures culturelles et/ou citoyennes, de concourir aux projets portés par les aménageurs et les collectivités bénéficiaires du financement régional, dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt.

Publié dans CRIDF

Commenter cet article