intervention du 7 avril : Budget des Lycées

Publié le par François DAMERVAL

Madame la Présidente. Vos discours ne pourront pas éternellement dissimuler la réalité de votre politique : vous prétendez augmenter le budget d’investissement des lycées de 5,5 % par rapport à la prévision d’exécution 2015, mais rien ne nous dit que vous exécuterez l’ensemble des AP annoncées. D’autre part, si nous comparons ce qui est comparable, le budget que vous proposez baisse de 8 %, alors même que vous avez transféré le budget consacré aux installations sportives (4,5 millions d’euros en AP et 2,5 millions en CP) au chapitre « Sports et loisirs ».

Vous annoncez fonder votre budget sur la conviction que le lycée doit devenir le lieu de la promotion sociale, de l’ambition et de la réussite. Drôle de conception sociale que la vôtre, qui ne semble adossée à aucune vision de l’égalité. Il semble que vous ayez décidé de régler les problèmes de l’école publique en augmentant considérablement l’aide régionale aux lycées privés : allez comprendre ! Vous dites que la Région rétablira les aides sociales aux élèves des lycées privés dès cette année, que vous accorderez à ces mêmes lycées privés, à compter de la rentrée 2016, des dotations similaires à celles accordées aux lycées publics pour la gratuité des manuels scolaires. Or, celle-ci va être amputée de quasiment 1 million d’euros. C’est cette enveloppe, diminuée de 15 %, que vous envisagez de partager entre les élèves des lycées privés et publics. Si l’école est libre en France et que chacun peut faire le choix, s’il le souhaite et qu’il en a les moyens, d’inscrire son enfant dans une école privée, la Région n’a pas à aider plus qu’elle ne le fait déjà au financement de choix particuliers. Votre vision de la promotion sociale montre plutôt un véritablement attachement pour l’inégalité.

Vous baissez également de 36 % le budget accordé aux actions en faveur de la lutte contre les discriminations et en faveur de la citoyenneté et de la participation lycéenne alors que, aujourd’hui, les lycéennes et lycéens sont tous les jours confrontés à la complexité et à la violence sidérante d’événements proches et lointains qui les font s’interroger sur le sens du monde dans lequel nous vivons. Ces choix sont irresponsables car l’apprentissage de la citoyenneté commence par l’expérience d’une participation à la vie lycéenne – et j’en profite pour saluer les lycéens qui participent aujourd’hui à la lutte pour le retrait de la loi El Khomri.

Sont au fondement de notre droit démocratique l’appréciation des différences comme une inépuisable source d’enrichissement réciproque, la conscience qu’aucun être humain ne peut jamais être réduit au pire de lui-même et le fait que le manichéisme constitue le substrat de toutes les violences.
Nous verrons également, à l’occasion des amendements, que vous diminuez les budgets participatifs en faveur des mesures d’économie d’énergie dans les lycées.

Publié dans CRIDF

Commenter cet article