Intervention du 18 mars CR 34-16 : nouveau conseil scientifique régional

Publié le par François DAMERVAL

Explication de vote

Madame la Présidente, Madame la vice-présidente, je citerai Rabelais : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». J’avais des craintes liées à la déclaration du nouveau Président du Conseil national des Républicains, Luc CHATEL, selon laquelle son parti devait être celui du gaz de schiste et des OGM. Madame la Présidente, je souhaite savoir si vous vous inscrivez dans la droite ligne du Conseil national des Républicains.

Je rappelle que le risque de développement est de droit communautaire et que ce que vous nommez « principe d’innovation » existe et s’appelle « risque de développement ». Le principe de précaution, le principe de prévention et la prudence ont été ajoutés. Il s’agit de conceptions juridiques auxquelles le Conseil scientifique doit être en capacité d’apporter des réponses. Le fait que vous ne connaissiez pas le risque de développement est hallucinant lorsque l’on évoque des questions scientifiques.

S’agissant la réforme du crédit impôt recherche, la Cour des comptes indiquait que l’évolution de la dépense n’était pas proportionnelle à l’avantage fiscal accordé. Le crédit impôt a fortement augmenté, contrairement au nombre de chercheurs, ce qui est dommageable pour la recherche française.

Ce débat sur les questions scientifiques est le premier au sein de cet hémicycle et j’ignore quand nous aurons l’occasion de vous revoir, Madame la vice-présidente. Au vu des priorités des cent premiers jours, j’ignore quand interviendra la réunion de la Commission Santé publique. Je m’interroge sur la place que vous accordez à la science parmi vos priorités.

Enfin, nous sommes attachés à la recherche publique face à la recherche privée. L’environnement et la santé publique doivent demeurer des leitmotivs au sein du Conseil régional.

Publié dans CRIDF

Commenter cet article